202012

Des nouvelles du Mali

A cause de la situation instable, due aux extrémismes, l'instabilité politique, les grèves et les dispositions particulières à cause du coronavirus, il n'est pas possible de parler d’une année scolaire normale. Les enseignants réguliers étaient absents dans les zones rurales et parfois il était bien trop dangereux pour les élèves de se rendre à l'école (p.ex. pour l’internat).

 

Malgré ces circonstances difficiles, nos 2 écoles et l’internat ont pu rester ouverts pour les enfants.

 

P1090966
P1090953
P1090952
20180205_154624
20180205_153441

Tougoumé & Danibombo

Les cours de cette année ont été prolongés d’un mois et ont continué après une courte période de vacances d’été. L'année scolaire 2019-2020 se prolongera jusqu'à la fin de l'année. La nouvelle année scolaire démarrera ainsi après les vacances de Noël. De cette manière on essaie de rattraper les retards accumulés.

 

Au mois d'août, la 9ème année de Tougoumé a été transférée vers le village voisin de Danibombo afin d'y préparer l’examen central DEF. Cette épreuve de DEF donne accès

aux études secondaires. Trois filles et dix garçons ont pu suivre les cours du fait que le 2d cycle à Tougoumé était fermé. Les parents ont pris en charge l'hébergement et les repas de leurs enfants. A cause du début de la saison des pluies, 8 enfants ont dû retourner à cause du manque de nourriture. Le CGS de Tougoumé nous a alors sollicité pour un approvisionnement en nourriture sur la base de 450 gr. de riz par personne/par jour. Du fait que nous disposions d’une petite réserve en cas d’urgences tels que celle-ci, nous sommes intervenus bien volontiers.

 

L’internat

Wasplek
Koer

La situation instable s’est également fait sentir à l’internat. Au total, 30 filles étaient inscrites, mais durant les périodes dangereuses beaucoup étaient absentes et ne pouvaient donc pas suivre les cours. Ceci a eu des conséquences sur les résultats des examens et le passage du baccalauréat. Ceux-ci se sont déroulés au mois d’octobre au lieu de juin. Seulement 2 filles ont obtenu des résultats satisfaisants et peuvent intégrer des études supérieures. Les autres devront doubler l’année. Ces résultats nous donnent une image significative du pourcentage national de réussite de cette année : seulement 21 % de réussite, ce qui est extrêmement bas.

 

Entretemps nous avons effectué un 4me remboursement pour l’internat. L’année prochaine, vers cette période, nous effectuerons le dernier remboursement et ainsi l’internat deviendra la propriété exclusive de Diangu Ire, l'organisation qui gère l’internat et avec qui nous travaillons en étroite collaboration. Cette association dispose d’un prêt sur 30 ans chez nous pour financer les bâtiments : elle nous rend des comptes à travers une comptabilité transparente et équilibrée, et veille à ce que le fonctionnement soit totalement indépendant.

 

Afin d’exploiter dans sa totalité les capacités d'accueil de l’internat, nous avons étendu le nombre de places disponibles à 50. A cette fin, il nous faudra raccorder une arrivée d’eau avec éviers, douches et cour. Nous allons acquérir des lits superposés, des armoires et des tables, de façon à ce que les filles disposent d’un endroit convenable pour préparer leurs cours.

Donc suffisamment de projets pour l’année prochaine. Nous espérons que cela pourra se dérouler dans des conditions plus ou moins normales. Ce qui nous réconforte ici dans le Nord c’est que nos deux écoles ont pu rester ouvertes (même avec un régime d’urgence) et que les deux villages s'engagent pour organiser le mieux possible l’enseignement.

 

En ce qui concerne l’internat nous espérons pour l’année prochaine pouvoir satisfaire les demandes : si nous arrivons à financer tous les projets, nous pourrons offrir un accueil à 50 filles pour les 2me cycle, ce qui constitue le double de 2016 l’année du début du projet.

 

 

 



Copyright © All Rights Reserved